Nue sans maquillage?

Helllowwwww!

aujourd’hui j’ai envie de vous parler d’un sujet que j’ai mis en attente depuis quelques mois. J’avais peur d’en parler ouvertement sur le blog, que tout le monde puisse lire ce que je vais écrire. Mais je me sens prête. Ce sera un article plus long et je remercie celles et ceux qui prendront le temps de lire ce que j’ai à déposer sur la toile…

Vous l’avez lu dans le titre, je vais écrire sur le maquillage. Cette « chose » qui peut être un jeu ludique, une façon de booster et montrer sa créativité peut également devenir une façon de camoufler ce que l’on est au naturel et c’est là qu’il faut penser à agir.

Je vais vous avouer qu’ à l’école secondaire j’étais la seule fille de ma classe qui ne se maquillait pas à 17 ans. Je voyais les autres arborer des couches de fond de teint avec fierté, d’autres parlaient de leurs achats maquillage comme s’il s’ agissait d’un trésor. Je ne comprenait pas pourquoi elle ressentaient le besoin de se maquiller car je ne le ressentais pas. Le matin je prenais une douche, je me tartinais le visage d’aloe vera, je passais un coup de brosse dans mes cheveux, je m’habillais et je filais en cours. Et je n’étais ni frustrée, ni malheureuse, ni différente, je ne me sentais pas  » belle » mais je ne me sentais pas nue sans maquillage. Ma mère a toujours jugé le maquillage futile et inutile, mon papounet me disait toujours combien j’étais belle! A l’époque j’étais encore une fille naïve et introvertie.

Mais parlons un peu plus psycho technique avant d’aborder la suite!

Il y a plusieurs rapports de soi face au maquillage qui peuvent être dans la positivité:

  • utiliser le maquillage pour sublimer la beauté que nous voyons déjà présente lorsque nous sommes face au miroir
  • utiliser le maquillage pour booster sa créativité
  • utiliser le maquillage pour se donner « bonne mine » lorsque nous sommes un peu « à l’ouest » ou fatiguées
  • utiliser le maquillage pour nous montrer telles que nous sommes mais « en mieux »
  • utiliser le maquillage pour se redécouvrir par le plaisir du « soin »
  • utiliser le maquillage en cas de maladie grave pour se sentir mieux (se chouchouter et retrouver son soi non malade)

Dans les cas listés ci-dessus nous sommes plus dans une démarche positive, nous ne ressentons pas un mal-être profond, celui-ci est utilisé pour se donner du plaisir.

Par contre ce type de rapport face au maquillage est plutôt  malsain:

  • utiliser le maquillage pour répondre à une nécessité d’être regardée par l’autre, se sentir invisible sans maquillage
  • utiliser le maquillage pour se cacher car l’on pense que sans celui-ci nous serons « moches »
  • utiliser le maquillage parce que quelqu’un nous a fait une remarque de ce type: tu es négligée, tu ne fais pas d’efforts pour être plus belle
  • utiliser le maquillage pour séduire car on pense ne pas en être capable sans ( et c’est là que les publicités de grandes marques sont vraiment MERDIQUES car l’on ne montre JAMAIS de femme non maquillée)
  • utiliser le maquillage pour faire comme toutes les autres
  • utiliser le maquillage pour être acceptée dans un groupe de beautistas

Comme vous le constatez, le maquillage peut venir d’un besoin, d’une envie mais est’ elle saine ou malsaine? C’est LA question à se poser en ce moment…. Posez-vous quelques instants, saisissez une feuille et lâchez votre ressenti.

Il y a quelques mois je me suis posée pour y réfléchir, petit flashback….

Après l’école secondaire j’ai eu la chance de rentrer directement dans la sphère du travail. J’ai commencé à remarquer mes collègues super maquillées et pomponnées comme des déesses mais je n’ai toujours pas ressenti le besoin de me maquiller. La seule chose que j’ai changée dans ma routine était le fait que je me rendais régulièrement chez le coiffeur pour dompter mes cheveux épais. A cette époque c’était juste shampoing cracra, séchage naturel et aucun lisseur n’ avait encore franchi le seuil de ma maison 🙂

Et ensuite…. ensuite tout a basculé!

Je suis devenue maman…Pour ma première grossesse j’ai eu l’heureux bonheur de passer de 56 kilos à 95 kilos sur les 4 derniers mois. Diabète de grossesse et erreurs alimentaires…Après avoir accouché je me suis sentie laide, grosse et l’image que je me faisais de moi a complètement changé. J’ai complètement perdu confiance en moi, le regard des gens avait également changé…

Je me suis enfoncée dans une phase de dépression post partum assez sévère et toutes les blessures d’enfance ont refait surface. Et 18 mois après j’étais maman à nouveau….encore plus de kilos pris alors que je n’avais pas réussi à perdre ceux de ma première grossesse, j’ai alors frôlé les 110 kilos…

Je me suis sentie pire encore… c’était une période horrible alors que j’aurais du être heureuse d’être maman….

C’est là que le maquillage a commencé à rentrer dans ma vie. J’ai commencé par une crème de jour parce que ma peau était affreuse, ensuite du mascara pour agrandir mon regard fatigué mais cela ne changeait pas mon regard très sévère envers ma personne. C’est là que j’ai remarqué tout d’un coup les filles bien de leur personne, habillées  » comme moi avant », leurs beaux cheveux, leur maquillage parfait..

Cela m’a en sorte  » percutée de plein fouet ».

Je ne me sentais pas bien dans ma peau, je me rabaissais sans cesse et plus le temps passait, pire cela devenait. J’ai perdu quelques kilos très difficilement sur 3 ans et je suis arrivée à repasser la barre des 100 kilos. Et puis à ce moment là j’ai perdu pied définitivement car les blessures de l’enfance et de l’adolescence couplée avec cet état d’esprit… j’ai été hospitalisée pendant une durée de 5 mois….

Ensuite je me suis sentie mieux grâce à l’aide de mon psychologue mais j’étais sous anti-dépresseurs, des doses qui ne me permettaient plus d’être moi-même, ma personnalité de base enjouée, gaie et forte a fait place à une personne en mode zombie, clouée de fatigue par la médication… Le fait de ne pas pouvoir prendre soin de mes enfants sans dépendre de ma famille a été je pense le déclic.

J’ai décidé de me reprendre en main, de me forcer à me battre…J’ai essayé de perdre du poids mais les kilos émotionnels sont les plus difficiles à perdre! J’ai perdu du poids super lentement pendant 2 ans encore et je suis passée sous la barre des 90 kilos.

Je re travaillais à cette époque pour la Commission Européenne et je faisais encore face à ses fonctionnaires très bien maquillées et j’ai décidé de me « fondre dans la masse » pour essayer que l’on ne me voie plus comme la grosse femme non apprêtée…C’était encore une relation malsaine par rapport à la beauté et au maquillage mais cela m’a permis de me voir un peu autrement. C’était assez soft: poudre de teint, mascara et un gloss.

Ensuite j’ai décidé de me rendre plus régulièrement chez le coiffeur pour dompter mes cheveux épais et rebelles. J’ai commencé à me sentir mieux dans ma peau (active+petits soins) et là j’ai recommencé à perdre du poids. J’ai encore perdu 3 kilos supplémentaires malgré le fait que mon fils Robin était un enfant hyperactif avec des troubles du comportement et un papa malade du cancer.

Mais j’ai réussi à faire face…

En 2010 changement radical: là je me suis sentie prête à prendre rendez-vous auprès d’un professionnel et j’ai suivi une prise en charge dans une clinique de l’obésité de ma région. En un an de temps je suis passée de 87 kilos à 77 kilos. Et c’est à ce moment là que mon rapport face à la beauté et au maquillage a complètement changé…tout s’est bousculé…

Je suis passée du maquillage pour me cacher à une envie de me maquiller pour le plaisir car je ne me sentais plus  » horrible, moche et grosse », je me voyais plus comme la petite femme active dodue, en mode petite patate sympa. Je me suis achetée de jolis fards à paupière ( Bourjois tu m’as initiée quoi), des blush, du mascara noir au lieu de brun et mes premiers rouges à lèvres. C’était plus pour le fun.. je visionnais des youtubeuse tutos maquillage pour m’exercer et c’était vraiment très sympathique.

Du coup tout le monde a commencé à me féliciter pour mon courage, on me complimentais: ho tu as bonne mine! j’adore tes cheveux ils sont beaux ou encore: punaise le maquillage de tes yeux! Alors que personne ne m’avait jamais traitée de fille négligée ou laide… il n’y avait que moi qui me traitais mal… Même mon compagnon ne m’a jamais dit: tu devrais faire régime ou autre chose, il m’a toujours soutenue dans mes mauvaises périodes… lui me trouvait toujours belle…

Aujourd’hui je crois que je me cherche toujours un style car je suis en perpétuel doute face au regard de l’autre, je cherche toujours cette petite acceptation à un groupe mais de moins en moins…

Je peux tout à fait ne pas me maquiller pendant des jours entiers car je n’en ressens pas le besoin et lors d’une sortie ou d’un event beauté m’amuser et être créative… Tout ce que je sais c’est que face au maquillage j’ai eu un vécu très particulier, changeant mais aujourd’hui le principal est que je me sens dans une démarche positive face à lui….Même si quelques fois je suis moins maquillée que d’autres à des events on me complimente sur ma belle peau et le fait que mon maquillage soit toujours là de façon très discrète et belle, stylé mais recherché sans paraître fardée et une grande marque de maquillage m’a encore dit cette semaine: j’ai beaucoup aimé votre façon de vous maquiller!

Lorsque je me ballade sans maquillage je ne vois pas le regard des autres changer face à moi, on me dit plutôt: co je te déteste d’avoir cette capacité à sortir sans maquillage sans te cacher et je déteste ta belle peau! Je ne me sens plus nue sans mon maquillage, je me sens moi et cela suffit…

Toute cette blablaterie pour vous dire que: vous êtes belles, toutes sans maquillage ou avec peu importe… posez-vous et réfléchissez à pourquoi vous vous maquillez…faites moi part de votre vécu tout comme je l’ai fait avec vous, soit en commentaire, soit en privé…j’espère en tout cas que cet article où je me confie sur quelque chose d’intime vous aidera à avancer si vous souffrez…Le cheminement peut être long mais on y arrive!

Corinne De Leenheer

17 Comments

  • Esther dit :

    Bonjour Corine,
    Je découvre tout juste ton site… Je le trouve très sympa, et il semble refléter une personne pleine de Pep’s, généreuse et pleine de bonnes astuces ( En plus d’être engagée écologie et tutti )
    Bref! Je flâne au hasard, quant au détour d’une page, je tombe sur cet article touchant témoignage d’une femme / mère
    1 Je te remercie pour ce site qui est ma jolie découverte de la journée (Je cherchais une recette de Déo, c’est la tienne qui l’emporte.
    2 Je te remercie également de ce témoignage
    3 Je suis agacée par le commentaire Anonyme. Il faut être bien en colère contre soit même et manquer d’amour dans sa vie pour perdre « une deuxième minute » à déverser son manque d’empathie en retour de cet article.
    On me dira : « On est en démocratie voyons! Chacun à le droit de s’exprimer…
    Oui mais! Prenons en considération la qualité d’humain de tout un chacun et apprenons à se taire quand cela est nécessaire <3

    Un bal de fleurs et de papillons sur vos coeurs

    PS: A quand une recette de dentifrice?

  • Corinne dit :

    Je suis ravie que mon article incite à la refléxion 🙂

  • Annie-Claude dit :

    Je découvre cet article aujourd’hui! Ce que tu dis me touche beaucoup, et du coup je vais m’asseoir un moment avec un papier et un crayon pour me demander sérieusement pourquoi je ne me maquille pas. Et peut être bien que là, en ce début d’année, ce serait l’occasion pour changer cela et expérimenter de nouvelles choses, découvrir un nouveau moi…

  • Karine dit :

    Superbe article, qui fait réfléchir au raison de se maquiller, de se sentir belle, de prendre soin de soi… Merci d’avoir partagé cela avec nous.
    Pour ma part, je ne me maquille pas beaucoup. Quand j’ai le temps le matin, vite fait, hop, un peu de fard à paupières parce que c’est joli. Mais je me maquille pour mes dédicaces, un peu par respect pour mes lecteurs 🙂

  • Katuscia dit :

    Bonjour Corinne,
    Un bel article !
    Je me suis maquillée très tôt, certainement parce que ma maman a été un modèle de femme.
    Des périodes de maquillage naturel et des périodes de maquillage plus intense.
    Le maquillage fait partie de ma vie : les couleurs, les textures dépendent de mes envies, de mes émotions du moment.
    Tu évoques l’hyperactivité de ton fils… je ne sais si c’est d’un TDAH dont il s’agit mais si c’est le cas, nous aurons – en plus des astuces beauté – un autre sujet commun.
    Que cette approche du maquillage « cache misère » soit un mauvais souvenir.

  • Sandy dit :

    Je trouve ton article très bien, tu résume tout ce qu’il y a a dire sur le sujet et j’aime le fait que tu te confies à nous. J’ai moi aussi prévu d’écrire un article à ce sujet. Moi aussi j’ai commencé à me maquiller assez tard, au début pour me sentir belle et peut être aussi pour faire un peu comme les autres. Puis au fur et à mesure du temps mon rapport avec le maquillage à changé. Aujourd’hui, je me maquille pour me sublimer, ou lorsque je suis très fatiguée, mais je n’en oublie pas de rester moi sous le maquillage qui reste quand même léger, je pars du principe qu’il faut me reconnaître sans maquillage.

  • Corinne dit :

    Merci Françoise!

  • Françoise dit :

    Entièrement d’accord avec Alessak et Stéphane !
    Je me pose une question: laisser un tel commentaire relève-t-il de la méchanceté …ou de la bêtise?
    A voir…peut-être, ou certainement, des deux…

    Merci pour cet article Corinne, bonne continuation dans ta vie de maman et tout le reste, garde ta sympathique spontanéité, elle te va si bien !

  • Cindy M dit :

    C’est super de partager ton sentiment face à la beauté, au maquillage et par conséquent de nous avoir beaucoup dévoilé de ton parcours. C’est très courageux de ta part.
    Je ne me suis jamais sentie bien de ma peau mais je n’ai jamais non plus utilisé le maquillage comme camouflage. Ces derniers mois, les choses ont changé, j’ai trouble hormonal et ma peau (qui pourtant était souvent jalousée) est devenu celle d’une vieille ado. un cercle infernal. Moi qui ne me maquillais que les yeux (et parfois les levres), je suis « obligée » de faire le grand jeu. Je le fais car 1) je me trouvais deja pas tres jolie mais là c’est juste horrible. 2) car j’ai pas envie que les gens me voient comme ca.
    Avant je n’avais pas peur de sortir sans maquillage ou que quelqu’un passe à l’improviste. Les choses ont changé. Je ne veux pas qu’on me voit boutonneuse. J’ai en plus pris du poids et je me dis, mon dieu je suis devenue une autre personne…. je vise 2015 pour améliorer tout ca (non pas améliorer le fait de ne pas avoir peur de sortir la peau pleine de boutons mais de régler mes soucis de poids et de boutons 😉 )

  • Stéphane dit :

    Insipide ? Faut être d’une parfaite idiotie pour sortir un truc pareil sur un retour d’expérience, sur le vécu d’une personne…

    Je crois deviner qui tu es anonyme, et si je ne me trompe pas :
    A – Petite tu es, car balancer une telle haine sans l’assumer, c’est laid
    B – Cette laideur te va si bien
    C – Et en plus, au dedans, tu es encore plus laide.

    Le respect cher anonyme, ça te parle ?
    Un jour, tu seras grande, et tu assumeras tes écrits. Mais c’est pas demain.
    Pour le moment, tu n’es rien. Juste pathétique.

  • Poudre de lumière dit :

    Merci pour ton article Corinne, tu as le courage de nous dévoiler quelque chose d’intime, j’y ai vu une souffrance qui s’est transformée en force. Et ce n’est pas donné à tous de pouvoir faire celà. Oublie cette personne anonyme, qui doit être très jalouse de voir ton talent inné pour l’écriture, ta force de caractère, car tu réussi tout ce que tu entreprend. Merci de nous donner matière à réflexion, je suis convaincue que cet article sera très lu et qu’il aidera beaucoup de femmes! Continues à écrire comme ici…

  • Merci de nous partager ton rapport au maquillage, cette évolution au fil des années en lien direct avec d’autres problèmes personnels… Je me suis longtemps servi du maquillage pour me cacher, puis pour me rendre belle, mais aujourd’hui après de belles rencontres, une nouvelle vie, j’ose enfin sortir de chez moi sans maquillage 🙂 Je ne me cache plus, le maquillage n’est là – de temps en temps – que pour sublimer ma beauté naturelle !

  • Corinne dit :

    Un tout grand merci Anne 🙂

  • Anne C dit :

    Félicitations ! Ecrire un tel article demande une sacré dose de courage. Peu importe qu’il ne plaise pas à tout le monde. J’admire ton geste. Bravo et merci. Un immense merci.

  • Alessak dit :

    Pourquoi prendre encore plus de temps à commenter si c’est pour dire ce genre de choses? Passez votre chemin…

  • Corinne dit :

    Bonjour  » Anonyme », je suis désolée que tu aies perdu une minute de ta vie. Mais je te remercie d’avoir quand même laissé ton commentaire constructif 🙂
    Excellente fin de semaine!

  • Anonyme dit :

    article insipide, sans intérêt et de la psychologie de comptoir. bref je viens de perdre 1 minute de ma vie pour rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.