Le glow-up de la salopette femme

Lorsque l’on pense à l’enfance on ferme les yeux et l’on imagine des enfants, cheveux au vent, souriants et portant une salopette et de bottes. Ils crapahutent heureux. Ils sautent dans des flaques d’eau et se salissent.

J’en ai moi-même portées, des salopettes en jean et en velours, j’adorais y cacher des trésors trouvés dans la nature dans la poche avant. Des petits cailloux brillants, des fleurs. Je me sentais protégée et libre de mes mouvements.
Pendant l’adolescence, je grimpais aux arbres pour cueillir des fruits dans les vergers et je remplissais mes poches. Je vous rassure, avec l’accord des propriétaires !

Mais revenons à son histoire, car la salopette a vécu de nombreuses vies passionnantes ; subissant un fameux glow-up au travers du temps !
Préparez-vous une tasse de thé, nous allons traverser l’histoire et découvrir l’histoire merveilleuse de la salopette femme.

La naissance de la salopette :

Bien que l’on pense que la salopette est originaire des Etats-Unis, une première version commerciale a été aperçue pour la première fois aux alentours de l’année 1844 dans la jolie région de Lyon, en France.
Monsieur Louis Lafont a créé cette pièce de vêtement en pensant à on beau-père qui était inconfortable avec ses outils et ses vêtements de travail. Il désirait lui apporter du confort lorsqu’il grimpait sur les toits et les charpentes, et des poches afin qu’il n’accroche pas sans cesse sa ceinture partout. Lui proposant des espaces de rangement intégrés au vêtement.

Cette version n’étant pas optimisée, son petit-fils réalise un premier glow-up de la salopette en y ajoutant des bretelles et une poche. Afin de maximiser ce vêtement de travail.
Adolphe Lafont déposera d’ailleurs un brevet pour son modèle de salopette et en vendra des centaines aux ouvriers agricoles et dans le milieu industriel. Il avait perçu son grand potentiel commercial, on peut dire qu’il a été un visionnaire de son époque.

Le vêtement protégeait les vêtements portés par dessous et apportait des poches où déposer des petits outils et petites choses en tout genre.

La connue marque américaine Levi Strauss jettera par la suite son dévolu sur ce vêtement, qui sera portée par les chercheurs d’or en grande majorité, pour ensuite devenir LE vêtement de travail le plus porté aux Etats-Unis. Mais elle reste portée par l’homme.

La salopette pour femme : une histoire d’amour naît :

Dans les années 1950, alors que la salopette est devenue extrêmement populaire et modernisée, la femme l’adopte et une histoire d’amour naît.
La femme décide de porter la salopette dans des coloris merveilleux : quelques fois intenses et quelques fois discrets. Elle joue avec les matières et les coupes.
Dans les années 1970, la salopette passe du statut de vêtement de travail populaire à une véritable pièce de mode : complexe, mystérieuse.
Et puis un jour, la femme décide de la couper et naît le combishort qui est devenu une pièce incontournable de la garde-robe de la femme moderne.

La salopette, un vêtement qui uni le peuple

Ce qui est merveilleux avec la salopette, c’est qu’elle est portée par tous des femmes de tous les milieux sociaux : du fermier précaire ou le travailleurs sur une ligne d’assemblage industriel aux défilés de mode des créateurs les plus prestigieux, les célébrités.
Qui ne se souviens pas de Coluche ou de Sophie Marceau portant ce vêtement…

La salopette traverse le chemin de vie des gens : les enfants, les adolescents, les femmes enceintes ou pas la portent. Ou ils n’aiment pas. Soit on aime, soit on n’aime pas. Mais généralement, on adore cette pièce !

La salopette, le vêtement caméléon :

La salopette se propose dans tes coupes moulantes ou larges. Tous les types de morphologie possèdent un type de salopette qui leur est destiné.
On la propose dans des matières prestigieuses comme le lien, le chanvre ou en matière synthétique fluide.
Elle se trouve dans des couleurs sobres ou totalement bariolées

Je me souviens que la salopette était ma pièce favorite à porter lors de mes grossesses.
Depuis ma perte de poids (21 kg), je pense de plus en plus souvent à m’offrir une salopette robe un peu bohème, car je l’ai toujours portée en mode « garçon manqué » je pense être prête pour la tenter en version plus féminine et originale.
Ou porter la salopette femme en version plus casual sarouel, une salopette femme plus rebelle et affirmée.

Et vous ? Connaissiez-vous la merveilleuse histoire de la salopette ?
Connaissiez-vous ses différentes phases de glow-up au travers du temps, mais également son côté caméléon ?
Est-ce que la salopette femme est une pièce intemporelle et incontournable de votre garde-robe ?


J’adorerais lire vos histoires au sujet de votre relation avec la salopette dans les commentaires, n’hésitez pas à me tagguer sur Instagram également afin que je vous découvre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.